Santé et bienêtre des femmes en situation de précarité

Santé et bienêtre des femmes en situation de précarité

(Projet porté par l’ACSSM de Moirans et financé par à AG2R la mondiale)

Par manque de moyens, des femmes en situation de précarité renoncent souvent à se faire soigner. Elles ne connaissent pas leur droit et se replient sur elles-mêmes. Par le biais de ce projet nous souhaitons proposer à ces femmes un parcours santé et soins de bien-être, avec la mise en place d’ateliers collectifs et des RDV médicaux individuels. Il faut que ces femmes retrouvent confiance dans le système de soins en provoquant des rencontres avec le milieu médical (sagefemme, dentiste, maison de santé). Les soins de bien-être leur permettront de préserver leur intégrité physique.

Les principaux partenaires opérationnels et/ou financiers du projet

  • Le CCAS de Moirans ­
  • L’espace de vie sociale de Moirans géré par Léo Lagrange centre est ­
  • Le secours populaire
  • UFSBD
  • AG2R La mondiale

Contexte

Les femmes représentent aujourd’hui la majorité des personnes en situation de précarité. Par manque de moyens, ces dernières renoncent souvent à se faire soigner. Elles vont recourir plus tardivement et plus difficilement aux professionnels de santé, soit parce qu’elles ont bien d’autres préoccupations à gérer au quotidien que leur santé, soit parce qu’elles ont des difficultés de compréhension et de connaissance du milieu médical. Parce qu’elles traversent une situation de précarité, ces femmes connaissent une santé dégradée et un moindre accès aux soins La survie moindre des femmes en situation de précarité aux cancers s’explique également par un dépistage moins fréquent : en 2003, d’après l’enquête décennale santé de l’INSEE, la couverture déclarée du dépistage du cancer du sein était de 71,2 %, celle du dépistage du cancer du col utérin était de 76,3 %. Presque 18 % des femmes interrogées ont déclaré n’avoir réalisé ni mammographie, ni frottis au cours des deux dernières années. Les facteurs associés à l’absence de ces deux dépistages étaient principalement d’ordre financier. Certes, il est important d’entretenir son corps mais aussi son esprit. L’accès aux soins de bien-être préserve leur intégrité physique, morale et valorise leur identité corporelle. Cette attention particulière permet aux femmes de garder un lien avec les autres personnes. Cela crée une relation qui facilite la communication entres ces femmes qui auraient tendance à se refermer sur elles-mêmes. Elles doivent prendre conscience qu’elles ont aussi droit au plaisir peu importe leur âge ou leur condition physique. Face à ces constats nous souhaitons proposer à ces femmes un parcours santé et soins de bienêtre, avec la mise en place d’ateliers collectifs et des RDV médicaux individuels.

Objectifs

Provoquer des rencontres conviviales avec le milieu médical : lever les craintes

Réintégrer les femmes dans un réseau de soins restaurer une image de soi valorisante,

Préserver l’intégrité et l’humanité de chaque femme.

Démarche :

1ere phase : communication autour du projet recenser les femmes intéressées par le projet les réunir pour les informer des différents ateliers proposés et recueillir leur adhésion

2e phase : programmer les ateliers :

– 4 ateliers bien être et relaxation en binôme aide-soignante formée en soins de bienêtre et une professionnelle du CCAS praticienne en méthode PEC (Psycho-émotionnelle, énergétique et corporelle). Elle utilise différents outils tels que l’EFT et l’hypnose symbolique pour la gestion des émotions afin d’apporter une certaine détente et relaxation aux femmes dès le cadre de ce projet.

 -2 ateliers avec 2 sage femmes en binôme (MSP et ACSSM) : prévention des cancers féminins, contraception

 – 1 atelier sur l’hygiène buccodentaire animée par une aide-soignante

– 1 atelier sur les droits (ACS, reste à charge 0)

 3e phase : programmation des RDV médicaux (ces RDV sont pris en charge dans le cadre de l’assurance maladie)

– avec la sagefemme de la MSP

– avec le dentiste

 4e phase : retour d’expérience, évaluation